Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 16:01

Déjà, j'aimais pas ta couleur, ni ta texture, ni ta forme. Enfin, j'aimais rien chez toi. J't'aimais pas, quoi ! Tout ça parce que tu m'avais fait de l'oeil dans la vitrine d'un magasin bien éclairé. Mais arrivée chez moi, ça m'allait plus du tout. Tu ne me mettais pas à mon avantage et ça, je ne te le pardonnerai jamais. Donc tu vas prendre la direction de la poubelle et sache que je ne regretterai ni tes papates slim, ni ton rose saumon cul-cul, ni tes mailles ajourées faussement élégantes. Adieu caleçon de malheur et ne reviens plus jamais ! Amélie la gazelle

Réponse du dessous

Chère Amélie,

J'accuse réception de ton courrier, et en même temps, j'accuse ta façon de procéder. Car, tout de même, quand je pense à chaque effort que j'ai dû concéder pour essayer, un tant soit peu, de te rendre un peu moins ridicule, je trouve ta façon de faire injuste et déconcertante. Eh oui, ma pauvre Amélie, tu es mal foutue ! Ce n'est pas un tailleur qu'il te faut, c'est un architecte des Bâtiments de France. Tu pourras essayer tous les modèles de la Terre, tu n'en trouveras jamais un qui épousera tes formes si particulières. Et là-dessus, je te défie d'en trouver un qui pourra couvrir au moins un de tes deux seins. Quant à moi, dans la poubelle, peut-être arriverai-je à trouver et à couvrir de sa nudité une bouteille de Perrier. Emploi moins compliqué à accomplir que dans un miroir te voir sourire. Adieu Amélie, mais je t'en prie, oublie un peu la lingerie !

lettre de rupture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : olivianeil
  • olivianeil
  • : Chercheur de mémoire .
  • Contact

Recherche

Liens